Editions de La Pierre Verte

Tout sur l'Ecoquille

ha01penichbois.jpg

Utilisateur






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Visiteurs: 15051376
Économiser l'eau, mousseurs, limiteurs

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
ÉCONOMISER L'OR BLEU

Dans la mesure où elle est payante, et parfois très cher, économiser l'eau peut épargner le portefeuille autant que la ressource. Pour une consommation de 130 mètres cubes par foyer, la facture moyenne s'élève à près de 400 euros avec l'abonnement, et les 10 litres sont à 3 centimes avec des pointes au quadruple, 12 euros le mètre cube dans le pire des cas.
 
Nous avons vu qu'il n'était pas forcément dans notre intérêt de gérer l'eau avec parcimonie. De toute façon, elle est renouvelable et c'est plutôt ne pas la salir qui serait utile. De plus, plus on l'économise (en nous donnant mauvaise conscience), moins les compagnies distributrices ont de travail à faire, tout en augmentant leur tarif, ce qui enrichit  de plus en plus leurs actionnaires). C'est pourquoi, pour des raisons diverses et singulièrement pécuniaires, on peut vouloir consommer moins d'eau. Il est vrai que nous en sommes devenus de grands utilisateurs, 8 fois plus qu'au lendemain de la dernière guerre, et que ce n'est pas le moment de dilapider cette ressource.
 
 Image
 
De nombreuses dispositions peuvent être prises pour lutter contre le gaspillage et il est intéressant de savoir tout d'abord si l'on a une consommation faible, moyenne ou élevée d'eau domestique. Le tableau suivant donne une vue de la consommation familiale selon le nombre de personnes et leur comportement.
 
 
 
                                 Faible  Moyenne  Élevée
Nombre de personnes 
1                                   37        57        88 
2                                   66        95      146 
3                                   91       131     200 
4                                 113       161     244 
5                                 128       182     277
 
 
 Image
 
~ Prendre d'abord l'habitude de fermer le robinet dès que l'eau s'écoule directement dans l'évier. Les hommes en se rasant, les enfants en se lavant les dents, celles et ceux qui font la vaisselle, gaspillent souvent de grandes quantités, jusqu'à 20 litres pour se rincer la bouche et 30 litres pour nettoyer le rasoir. Selon la façon dont on prend sa douche, celle-ci nécessite de 30 à 60 litres. Un bain, c'est 150 à 200 litres. En matière de toilette, il n'est pas difficile de diminuer sa consommation par deux ou plus.     

~ Le lavage de la voiture au jet est à proscrire, 2 à 300 litres. Gant de lavage et nettoyeur haute-pression sont nettement préférables. Mais, parce que les stations de lavage sont équipées de filtres et décanteur spécifiques au lavage de nos carrosseries, elles sont le seul endroit raisonnable et écolo où laver sa voiture.

~ L'arrosage du jardin ne doit pas être fait avant le soir, environ 10 litres au mètre carré. Voilà qui mériterait l'installation d'un arrosage au goutte-à-goutte.

~ Le lavage de la vaisselle à la main, dans un évier fermé nécessite moins d'eau qu'un lavage de vaisselle à la machine, une quarantaine de litres. Par contre, si on laisse couler l'eau du robinet dans la bonde de l'évier, on peut gaspiller 100 litres, l'équivalent d'un bain. Pour le lavage du linge, c'est le contraire. La machine se contente d'une cinquantaine de litres quand les rinçages manuels gaspillent plus encore. Il faut toujours faire tourner la machine à pleine charge et pour faire 5 kilos, vérifiez, le linge doit être tassé-serré dans le tambour.

~ La chasse aux fuites est impérative. Un goutte-à-goutte minime sur un robinet gâche près de 40 mètres cubes par an, soit 100 euros, ou bien plus selon le tarif. Un mince filet qui s'échappe d'un robinet dilapide plus de 120 mètres cubes par an, 350 euros en moyenne, doublant grosso modo votre facture. Négliger une chasse de WC qui s'écoule en permanence, ce qui ne se voit pas toujours très bien, est encore plus coûteux, 600 litres par jour. Pour vérifier la présence d'une fuite, il suffit de relever le compteur avant d'aller se coucher, avec les chiffres derrière la virgule, puis de comparer le lendemain matin. Si le chiffre a changé huit heures plus tard, c'est du tiers du débit quotidien de la fuite. Si une fuite n'est pas localisée, faire appel à un plombier dont l'intervention sera de toute façon amortie.

On le voit, les premières économies viennent d'un comportement raisonné. Mais sont commercialisés également des dispositifs techniques qui assurent un même service pour une consommation moindre. Ajoutés aux changements d'habitudes, la consommation générale d'eau d'une famille peut facilement diminuer de moitié et même au-delà, si l'on pousse cette recherche aussi loin que possible.

Économiser l'eau avec de simples équipements de robinetterie sans rien changer à ses habitudes peut en épargner 30%. Le coût de ces économiseurs pour toute une maison ne devrait pas excéder 100 euros. Ainsi, non seulement on fait baisser sa facture d'eau, mais aussi celle de l'énergie du chauffage de cette eau par l'électricité nucléaire, fioul ou gaz, s'il ne s'agit pas d'un chauffe-eau solaire. Si l'on compte une moyenne de 6 euros pour en chauffer un mètre cube, selon la source d'énergie, l'économie réalisée atteindra les 9 euros pour le mètre cube d'eau chaude et 3 pour celui d'eau froide. Tout cumulé, ces dispositifs économiseurs très simples peuvent diminuer nos charges de 250 à 500 euros par an pour une famille de quatre. Pourquoi hésiter ?

Par leur installation sur la robinetterie, on contribue donc à la préservation des ressources en eau et en énergie fossile, ainsi qu'à la protection de l'environnement en minimisant les rejets, que ce soit de fumées, gaz à effet de serre, radiations atomiques ou eaux usées. De plus, la diminution de la consommation d'eau d'adduction peut éviter, pour quelque temps, la création de nouvelles infrastructures spécialisées, stations de traitement et d'épuration, nouveaux captages, agrandissement des canalisations, etc, tous investissements collectifs que nous payons forcément par la suite.

~ Dans les immeubles où la pression dépasse souvent les 3 bars habituels, on posera d'abord un réducteur de pression qui évitera un trop grand débit. Dans les maisons particulières, une pression trop élevée est possible et un réducteur de pression pourra diminuer votre consommation d'un tiers, ce qui amortit l'investissement en quelques mois. Un réglage à 2 kilos suffit généralement. Des régulateurs de pression sont commercialisés, qui modulent le débit en fonction de la quantité tirée.

~ On peut aussi visser des embouts limiteurs de débit sur les robinets des éviers et lavabos. Pour se laver les mains ou faire la vaisselle, le flux est souvent trop fort et ces limiteurs évitent des pertes inutiles. Mieux encore, certains dispositifs augmentent la surface utile d'eau en en diminuant le débit de moitié grâce à un mélange d'air. Ce sont les embouts mousseurs ou brise-jets pour robinets ou les douchettes à turbulences pour la salle de bains. Ces dernières sont très intéressantes car la douche quotidienne d'une seule personne représente 12 à 20 mètres cubes par an et ces douchettes spéciales divisent la dépense en eau et en chauffage d'eau par deux, pour un prix d'achat d'environ 25 euros. En installant des robinets neufs, mieux vaut opter tout de suite pour des appareils à débit restreint, des mitigeurs thermostatiques et tout ce qui se fait de mieux actuellement.

~ Lorsqu'on ne dispose pas au robinet de la douche d'un robinet mitigeur, il est pratique de rajouter un stoppe-douche qui coupe l'eau sans en changer le réglage. Ils doivent impérativement laisser couler un léger filet sous peine d'un risque de contamination du circuit d'eau froide, ce qui n'est pas de la science-fiction, les légionelloses en attestent. De toute façon, il s'agit là d'une obligation légale. Le stoppe-douche doit être installé avant le flexible pour garantir une installation solide et sans risque de fuites. Avec un stoppe-douche, coût 15 euros, on retrouve tout de suite la température choisie après une interruption pour se savonner, car il est vrai que ce réglage entre les eaux chaudes et froides génère du gâchis. Aussi les robinets mitigeurs ou thermostatiques, qui délivrent l'eau à la bonne température permettent-ils d'en économiser un petit quart. Le WWF vend certains de ces appareils et c'est les aider que de les leur commander. Leur sélection est garantie écologique et, selon eux, permet d'économiser jusqu'à 70% de l'eau et une grande part de l'énergie pour la chauffer.

~ Connaissez-vous l'ETS (Eau Tiède Sanitaire) ? Ce système propose une alimentation en eau chaude qui est produite à l'instant du puisage. Et, dans le souci de rendre cet appareil encore plus performant, son fabricant propose des robinets automatiques qui ne coulent que lorsque l'on effleure le bouton ou la pédale au pied qui déclenche une électrovanne. Ainsi, on garde les mains libres pour faire ce que l'on souhaite faire et le gaspillage d'eau est considérablement réduit. La prochaine fois que vous faites la cuisine, faites attention à toute l'eau que vous utiliserez pour laver le robinet lui-même ou pour le régler correctement. Ajoutez toute l'eau qui coulera en vous attendant, sans servir directement au lavage. Vous allez voir à quel point une commande de robinet au pied peut être utile, pratique et écologique, en particuier dans la salle de bains. Le système ETS divise en principe la consommation d'eau par quatre. Il faudrait répandre ce système partout, tant il a d'avantages. Pourtant, les seules commandes au bout de pied sont bien connues dans les hôpitaux.

~ Pour les personnes ayant des ressources limitées en eau, il peut être judicieux d'employer du matériel habituellement destiné aux installations de caravanes ou de camping-cars. Économies assurées. Narbonne Accessoires, par exemple, vend par correspondance toutes sortes de matériels et équipements destinés à minimiser fortement la consommation d'eau pour un même service.

~ Sachant qu'environ un quart de notre consommation d'eau part dans les WC, l'adoption d'une chasse à double capacité est une excellente idée et ces appareils se vendent maintenant partout. Si l'on est déjà équipé d'un appareil classique, il est possible de mettre un ou deux gros pots de confiture remplis d'eau et fermés au fond du réservoir des WC, ce qui retiendra autant d'eau à chaque utilisation, un ou deux litres sur dix en moyenne. Le flux étant plus faible, l'évacuation peut mal se faire. On évitera l'utilisation de briques ou de pierres qui peuvent s'effriter. Des systèmes plus évolués existent, comme les écoplaquettes qui forment de petits barrages dans le réservoir des WC, retenant 4 litres à chaque évacuation sans empêcher une bonne vidange, coût 30 euros environ. Un autre système permet de ne laisser couler l'eau que quand on appuie sur le bouton, si bien qu'on peut le relâcher dès que la cuvette est propre, une économie pouvant atteindre la moitié de la consommation, coût 15 euros. En fait, il vaut mieux parfois acheter un WC neuf. Les plus récents consomment seulement 3 ou 6 litres au choix, tandis que certaines antiquités ont encore besoin de 20 litres pour être efficaces. Car, au final, c'est plus la hauteur de la chute d'eau que sa grande quantité qui permet le passage au syphon. Avec un bon équipement, l'économie sur les seuls WC peut s'élever à 40 mètres cubes pour quatre personnes, soit de 40 à 200 euros par an selon le tarif local en vigueur. Il faut savoir que, si la maison est équipée d'une fosse septique, les recommandations ci-dessus ne doivent pas être suivies et les WC devront laisser s'écouler au moins 10 litres d'eau par chasse. En effet, la fosse septique a besoin d'un apport liquide important et si elle est maltraitée, elle peut mourir chimiquement ou s'engorger, perdant toute efficacité de traitement et ne faisant plus alors que sédimenter les excréments et relâcher les eaux polluées dans le sol environnant. Les fosses septiques équipent encore des centaines de milliers de maisons. On en posait encore 300.000 par an dans les années 80 mais la prise de conscience de la nécessité de traiter les eaux grises a créé l'obligation actuelle d'employer des fosses dites "toutes eaux".

~ La pose d'un urinoir simple permet aux hommes de n'utiliser qu'un ou 2 litres pour leurs 4 ou 5 pipis quotidiens, une économie de 40 litres par jour et par homme en comparaison avec un WC classique. On en trouve à petits prix. D'ailleurs, pourquoi faudrait-il que cet usage soit réservé aux hommes ? Ces lignes sont justement écrites le samedi huit mars 2003, Journée Internationale de la Femme, et c'est le jour pile pour réclamer la création d'appareils similaires pour les dames, n'est-ce pas ? Quoique, en y réfléchissant bien, ça existe déjà, non ?

~ L'alimentation des WC ne nécessite pas une eau très propre ni de bonne qualité organoleptique. On peut employer celle d'un puits, l'eau détournée par un osmoseur et même celle que l'on aura récupérée au sortir de la baignoire dans un réservoir. Une baignoire vaut pour une quinzaine de chasses et ce ratio convient assez bien à notre vie quotidienne. Cette solution implique en principe un écoulement naturel dû à une dénivelée entre la salle de bains et les toilettes pour éviter l'emploi d'une pompe. Cette solution n'est pourtant pas recommandée et la loi l'interdit, comme elle interdit à peu près toute alternative en matière de gestion des eaux. Il semble que des problèmes de mauvaises odeurs ou de canalisations bouchées soient courants. Un syphon et des tuyaux de 50 mm de diamètre sont nécessaires. Cette solution ne sera tentée que dans la mesure où l'on peut poser la réserve dans un endroit à l'écart et accessible pour un entretien que l'on devine fréquent. Un filtre grossier, de la paille dans un bidon par exemple, avec du sable et du charbon de bois au fond, éliminera les matières en suspension. Le réservoir de stockage ne devra pas conserver les eaux grises plus d'une journée. Pour éviter tout problème, on emploiera plutôt l'eau de pluie récupérée dans les gouttières. Ou bien on adoptera la méthode des toilettes sèches. En tout cas, trouver une solution alternative à l'alimentation des WC en eau d'adduction permettra une économie d'un quart à un tiers de la facture.

~ Spécial fauchés : les distributeurs et les pouvoirs publics ont signé la convention Solidarité Eau qui les engage à tenir compte des difficultés de paiement des personnes en situation précaire. Dans chaque département, une commission a pour mission d'éviter les coupures d'eau dans les foyers les plus démunis.
 
 
• • • • • • • • • • • • • • • • • •
ARTICLES EN RELATION :
- "La récupération de l'eau de pluie"
- "La potabilisation et la vitalisation de l'eau"
- "L'assainissement"
- "Les toilettes sèches"
- "La phyto-épuration pour tous et autres  systèmes"
- "Les enjeux de l'or bleu"
• • • • • • • • • • • • • • • • • • 
  
 
Advertisement
Top