Editions de La Pierre Verte

Tout sur l'Ecoquille

coll01.jpg

Utilisateur






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Visiteurs: 15296819
Une baignade naturelle

Une piscine… la piscine. Toute bleue, d'un bleu si bleu… si irréel. C'est beau, c'est sûr. Sur le plan de la vie par contre ! Il n'y a qu'à prendre la consommation nationale de pastilles de chlore et on voit que toute l'eau de toutes les piscines, qui finira inévitablement dans la nature, représente une sérieuse atteinte à l'environnement. L'eau des piscines est une eau morte, un poison très dilué. Aucun oiseau ne s'y abreuve, aucune vie ne peut en profiter, uniquement parce que nous la voulons bien bleue.

Le responsable : le chlore, ce destructeur de vie à tout faire, utilisé à toute occasion par notre industrie et que l'on retrouve presque à chaque fois qu'un danger nous menace. Ainsi on devine que prendre des bains dans une solution au chlore n'a rien de bien sain. Boire la tasse peut rendre malade et la peau n'apprécie pas de séjourner longtemps dans une eau chlorée, les yeux encore moins, au point que la baignade dans certaines piscines ne soit plus un plaisir. La peau, d'ailleurs, n'est pas vraiment imperméable, savez-vous. Il y a osmose et le chlore passe dans l'organisme puisqu'une étude a montré que, si un baigneur passe plus d'une heure dans une eau de piscine chlorée, on retrouvera les trois quarts du taux de ce poison dans ses urines.

Ce chlore a une odeur et un goût désagréables. Il décolore les maillots de bain, c'est dire sa puissance chimique. Il provoque otites et allergies, pas seulement dans les piscines, puisque certaines personnes ont de fortes irruptions cutanées rien qu'en prenant leur douche. Le chlore irrite les yeux et on ne peut pas les ouvrir dans l'eau, quel dommage, quelle tristesse ! Moi qui adore nager, dans les lacs plutôt, parce qu'ils n'ont pas ces désagréments justement. On peut y ouvrir les yeux certes, mais, bof, on ne voit pas grand-chose, trop trouble. Le vrai plaisir serait donc bien une eau de piscine qui ne pique pas.

Le traitement conventionnel des piscines avec des pastilles de chlore ou avec des sels a d'autres inconvénients. Il exige une surveillance quotidienne et demande l'emploi d'additifs comme les correcteurs de pH, les floculants, les anti-algues ! Il ne faut pas s'étonner d'être obligé de jeter l'eau tous les trois ans, lorsque le stabilisant du chlore, l'acide cyanurique, atteint un taux trop élevé. Et cette eau rejetée par nos six cent mille piscines privées enterrées, sept milliards de litres au moins, ce bain de traitement chimique là, où c'est-y qu'il va finir selon vous, hein ? Dans la nature, bien sûr, alors qu'il est justement fait pour la détruire. Merci aux baigneurs qui veulent de l'eau bleue, merci bien... Le chlore devrait plutôt être interdit, tout simplement.

Mais heureusement, il existe plusieurs fabricants de produits alternatifs pour le traitement de l'eau des piscines, des produits beaucoup plus biotiques et agréables. Le traitement dit "au sel" n'est guère convaincant. Mentionnons encore le procédé Écoswim qui a beaucoup d'avantages, même s'il n'est peut-être pas encore assez ancien pour être bien jugé. Les produits Plocher, eux, sont très connus des écologistes mais ils sont peut-être moins accessibles au grand public, en terme de concept autant que de prix.

 

Une pièce d'eau naturelle de baignade

En fin de compte, pour favoriser la richesse biologique, le nec plus ultra reste la création d'une mare ou d'un étang, projet un peu intimidant par son ampleur et son mystère. Comment faire ? Quelles sont les erreurs à éviter ? Personne ne veut, en effet, d'un marigot stagnant infesté de moustiques. Pourtant la réalisation d'un plan d'eau naturel est à la portée de tous. Il offrira un beau paysage, de la fraîcheur, de la paix, la possibilité de baignades, une réserve pour l'irrigation, mais aussi le spectacle des libellules, le chant des grenouilles, la beauté des nénuphars et le balancement des roseaux…

L'opération ne coûte pas tellement cher, moins cher qu'une piscine ordinaire dès que l'on dépasse le standard 4 x 8 m. À budget égal, un plan d'eau baignable sera plus grand.

On peut aussi faire appel à des professionnels spécialisés dans ces réalisations. Ils sont de plus en plus nombreux à proposer cette belle alternative.

 

Image
Un plan d'eau naturel de baignade (réalisation et photo BioNova)



 

 


 
 
Top