Editions de La Pierre Verte

Tout sur l'Ecoquille

paille10stmatrelevbott.jpg

Utilisateur






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Visiteurs: 15296789
La lumière

La lumière vivifie, nous le sentons, ne serait-ce que par son rôle sur la glande pinéale, ou épiphyse, qui régit l'ensemble de nos biorythmes et nous met en phase avec celui du soleil. Elle joue à plusieurs niveaux un rôle essentiel dans les mécanismes de la vie.

La lumière provient du réchauffement d'un corps qui, selon sa température, émet des rayonnements fort différents les uns des autres, aussi bien au niveau de leur force énergétique qu'au niveau de leur longueur d'onde. Tous les corps présents dans l'univers émettent de la lumière, y compris le nôtre. La partie visible de la lumière correspond à une petite frange de longueurs d'onde, émises par un matériau à partir de cinq cents degrés Celsius, mais le rayonnement lumineux comporte d'autres bandes qui jouent un rôle important pour nous, les infrarouges émis par des corps plus froids, et les ultraviolets émis par des corps à partir de deux mille cinq cents degrés.

Concernant ces derniers, l'affaiblissement de la couche d'ozone protectrice, qui absorbe les ultraviolets du soleil, représente une menace importante pour la vie terrestre. L'exposition aux ultraviolets, rayons photochimiques, est redoutable puisqu'elle provoque des coups de soleil violents ou des lésions de l'œil, ainsi qu'à terme des cancers de la peau ou des altérations chromosomiques. L'information relative aux dangers des ultraviolets est assez connue. Chaque année, les médias expliquent comment bien bronzer, pourquoi gérer son capital soleil et surtout la nécessité de protéger les enfants, plus fragiles, puisque les statistiques montrent que plus le sujet s'expose jeune, plus le cancer de la peau le menace.

Outre les dégâts des excès de bronzage, qui provoquent un vieillissement prématuré, les ultraviolets ont des effets phototoxiques ou photoallergiques. Les premiers peuvent provenir de la réaction photosensibilisante de certaines crèmes, aliments, médicaments ou colorants. Les coups de soleil sont alors exagérés. Quant aux allergies, elles dépendent de la sensibilité des sujets. Autre problème : les ultraviolets provoquent des modifications métaboliques pouvant conduire à des dépressions du système immunitaire. Certaines personnes, celles atteintes du sida par exemple, pensent se faire du bien en allant bronzer au soleil, alors qu'elles accentuent sans le savoir leur immunodéficience. À l'inverse, les maladies auto-immunes, comme l'arthrite par exemple, sont freinées par une exposition aux ultraviolets. Autres phénomènes, la rupture de l'ADN par ces rayonnements et les mélanomes malins qui apparaissent parfois sous les grains de beauté…

Si les ultraviolets ont beaucoup d'effets catastrophiques, ils sont pourtant de quelqu'intérêt. Leurs propriétés germicides sont mises à profit dans la désinfection, et les systèmes d'épuration par lagunage font partiellement appel à ce phénomène naturel. Autre bénéfice des ultraviolets : la production de vitamine D, indispensable à l'absorption du calcium. Ceci dit, il suffit d'exposer une partie du corps pendant une demi-heure au soleil de midi pour répondre à nos besoins biologiques quotidiens et, de fait, personne ne manque vraiment de sa dose minimale d'ultraviolets dans notre pays.

Les rayons infrarouges, thermiques, outre qu'ils nous réchauffent la couenne lors des frimas, contribuent pour leur part à des réactions métaboliques qui seraient impossibles sans eux. Les infrarouges sont en effet nécessaires à la production de certaines enzymes et de différentes hormones. Ils dilatent les veines et stimulent la circulation sanguine. Un bon poêle apporte généreusement le bénéfice de ce rayonnement. A contrario, les dangers des infrarouges sont ceux de la chaleur, que nous connaissons bien. Certaines expositions professionnelles, près des fours ou des hauts fourneaux, par exemple, entraînent des conséquences allant de la brûlure à la cécité. La cornée de l'œil, en effet, n'est pas vascularisée, la rétine insuffisamment, et, la chaleur qui les atteint ne pouvant être dispersée par le liquide sanguin, les conséquences sont souvent graves et irréversibles.

Quant aux longueurs d'onde intermédiaires entre l'infrarouge et l'ultraviolet, elles constituent la lumière visible ordinaire, inoffensive tant que l'on ne regarde pas le soleil de face, et nécessaire à la régulation de nos biorythmes et de toute notre machinerie endocrinienne. C'est elle qui déclenche dans l'épiphyse telle ou telle secrétion hormonale, qui va elle-même relancer ou freiner telle ou telle fonction vitale. Le cycle veille/sommeil de l'être humain est de trente heures, comme le montrent les expériences des spéléologues et des spationautes, mais c'est la lumière diurne qui le cale à vingt-quatre heures. D'autres cycles biologiques ont des durées variables mais la lumière solaire les synchronise, en passant par le nerf optique jusqu'à l'épiphyse qui se charge du reste. Toute notre machinerie interne, des organes aux cellules, en passant par les fonctions vitales et la production d'hormones, obéit à une horloge biologique synchronisée au rythme circadien par la mélatonine. Celle-ci joue aussi sur les mécanismes de la reproduction, chez les plantes ou les animaux comme chez l'humain, ce qui explique qu'en Finlande, la plupart des conceptions réussissent en été.

La lumière visible stoppe la production de mélatonine. Aussi, nos nuits devraient-elles être les plus longues et les plus obscures possibles afin de profiter de cette hormone de jeunesse et de vitalité. Pour les insomniaques, on peut conseiller de ne pas allumer de lampe lorsqu'ils se réveillent en pleine nuit, ou bien la moins forte possible, ceci afin de ne pas donner à leur glande pinéale le sentiment qu'il est déjà l'heure de se bouger, ce qu'elle fait au bout de quelques minutes seulement.

Des nuits profondes et des jours enluminés, c'est donc la variété au bon moment, recette de santé. Avec une bonne eau, une habitation saine et confortable, des œufs du poulailler, du fromage fermier du voisin, des légumes du potager, des fruits sauvages, des confitures et des conserves maison, un four à pain et de la farine bio, comment pourrait-on tomber malade ?

 



 
 
Top