Editions de La Pierre Verte

Tout sur l'Ecoquille

baignnat01.jpg

Utilisateur






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Visiteurs: 15296937
Plume

Que penser d'un isolant à base de plumes de volatiles ? Des plumes de canards, récupérées après abattage, liées thermiquement, cela semble a priori positif. Là encore, il s'agit de recyclage. Mais beaucoup de personnes objecteront qu'il faut élever, tuer et manger ces animaux, et qu'un isolant de tel origine vient à l'encontre de nombreuses convictions environnementales, sanitaires et éthiques. Tout ceci est vrai, en effet. La laine vierge de mouton, elle, provient de la tonte d'animaux vivants. Mais bon, si on aime manger du canard, on appréciera ce bien utile recyclage des plumes.

Il semblerait pourtant que l'approvisionnement en plumes se fasse de plus en plus dans les pays de l'Est, avec un long transport à la clé. Dans certains cas, un procédé industriel est mis en œuvre pour y adjoindre un pare-vapeur et même, à ses débuts, une couche en aluminium, ce qui l'empêchait de respirer.

Enfin, l'isolant en plumes est forcément traité antimites puisqu'il s'agit de kératine presque pure. Il est également traité contre les acariens pour la même raison, aux pyrétrinoïdes de synthèse, reconnus comme cancérigène. Ce qui veut dire qu'il faut supporter le traitement tant qu'il est actif, et, dès qu'il ne l'est plus, que l'isolant se fait aussitôt dévorer. Il en est ainsi avec la laine de mouton également.

Voilà pour les inconvénients. Pour les avantages, il y en a aussi. Produit issu du recyclage, hydrophobe, résistant dans le temps, thermiquement et phoniquement bien isolant, certifié par le CSTB et donc utilisable dans des bâtiments collectifs ou ouverts au public, avec toutes les garanties.

 

 

 
Top