Editions de La Pierre Verte

Tout sur l'Ecoquille

1canosmbetonn.jpg

Utilisateur






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Visiteurs: 15051422
Les blocs chaux/chanvre
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
LE CHANVRE, MATÉRIAU DE CONSTRUCTION

Aujourd'hui, après un bon siècle d'austracisme et sous le contrôle strict des autorités, la culture du chanvre reprend en plein champ, sur des hectares, le but étant de favoriser tous les usages, traditionnels ou innovants, d'une plante qui pousse sans intrant en quatre mois sous nos climats, ne demande que peu d'eau (celles des précipitations suffisent), aucun traitement phytosanitaire (aucun ravageur connu), se récolte facilement (couvre le sol entièrement et rapidement) et autorise une transformation assez directe génératrice de solides emplois. Des agriculteurs cherchant des débouchés nouveaux et des cultures peu nuisibles à l'environnement ont trouvé dans cette plante une opportunité de relance de leur activité. Ici, un agriculteur bio, brasseur depuis une dizaine d'années a mis au point sa "Kanabière" au parfum particulier. Là, une coopérative se lance dans la transformation du chanvre en produits isolants de construction. Et là encore, ce sont des tissus, des vêtements, de la literie. Dans l'Aube, en Bretagne, en Anjou depuis longtemps, mais maintenant dans toutes les régions.

Son usage principal est la papeterie dont les résidus sont la chènevotte. Cette dernière ressemble à des éclats d'un bois léger aux grandes cellules, un peu comme des déchets de balsa. Additionnée d'un liant comme la chaux ainsi que, le cas échéant, de sable et de pierre ponce, elle permet d'obtenir un béton végétal isolant et performant dont les emplois vont du remplissage d'une structure en bois à la fabrication de blocs de parement ou de remplissage, en passant par certains enduits, certaines chapes légères, etc. Parfois, la chènevotte est déversée en vrac entre les solives d'un plancher.

En fait, lors de sa transformation et selon la filière, le chanvre donne des produits différents. Papier et chènevotte d'une part, mais aussi des fibres fines pour le tissage de vêtements et de draps, d'autres moins fines pour les toiles et cordes, pour la laine et les panneaux isolants, d'autre part. La plupart du temps, les laines de chanvre sont additionnées d'autres fibres. De la résille plastique thermo-fusible (bico) en petite quantité pour permettre la confection en épaisseur constante et une certain homogénéité, du coton pour la rendre plus douce. Même s'ils améliorent nettement les performances, ces deux composants ne sont pas tout à fait écologiques, si bien qu'a été essayée de la laine de chanvre liée à l'amidon. Résultat peu probant, hélas et cette piste a été récemment abandonnée. Derniers mélanges en date : chanvre/lin et chanvre/bois, l'un comme l'autre plutôt réussis.
 
L'intérêt du chanvre est qu'il est stable dans le temps, naturellement résistant aux insectes et surtout au pourrissement, d'où son emploi pour les cordages dans la marine. Les rongeurs redoutent sa fibre assez coupante et n'y trouvent aucune graine (protéines) à manger. Souple, la laine de chanvre ne casse pas comme le ferait la laine de verre et elle retrouve son gonflant si on marche dessus. En blocs ou béton de chaux, le chanvre convient à la maçonnerie, permet une accroche efficace des enduits, résite aux intempéries extérieures, etc. Son usage comme isolant vient de cette durabilité qui dépasse celle de la paille ordinaire. Torchis à la terre, bétons à la chaux, blocs, laine, dans tous les cas, le chanvre est un produit qui convient très bien à un usage de construction. Associé au bois et aux autres végétaux employés dans une habitation, il contribue à stocker le dioxyde de carbone. Biodégradable, il n'occasionne aucun dommage à l'environnement.


Le bloc chaux/chanvre, entre la construction et l'isolation :

Depuis plus de dix ans, des blocs (briques) de chanvre et chaux sont disponibles sur le marché. Olivier Duport en a assuré longtemps une fabrication artisanale et une diffusion auprès des éco-constructeurs. Il a fait connaître cet intelligent procédé en exposant son produit sur des salons bio dans toute la France. Petit à petit, le développement de son entreprise a permis des tests et certifications qui font maintenant du bloc chaux/chanvre un produit reconnu dont les applications se multiplient. À l'intérieur des bâtiments, ces blocs de diverses épaisseurs apportent une isolation qui ne se tasse pas et accepte les enduits. Leur caractère respirant les recommande dans les pièces humides, en sous-sol, en sous-couche de plancher contre les remontées capillaires. Leur innocuité sanitaire totale (et même leur capacité à absorber les gaz issus de notre respiration), ainsi que leur incompatibilité avec les mousses et champignons en font un produit très recommandable pour le montage de cloisons aux performances thermiques élevées. De plus, ils disposent d'un excellent indice d'affaiblissement acoustique. À l'extérieur, ils autorisent une isolation très efficace, durable et résitante. Ces blocs existent en 10, 15, 20 et 30 cm d’épaisseur, une gamme permettant de réaliser toutes les parties d'une maison à ossature bois, évitant ainsi les ponts thermiques.

Les blocs chaux/chanvre sont constitués de matériaux renouvelables, de sable et de chaux, toutes matières abondantes. À la fabrication, ils ne demandent pratiquement pas d'énergie puisqu'il s'agit de moulage et séchage. D'ailleurs leur production de C02 est négative puisque leur fabrication en fixe plus qu'elle n'en dégage. Aucun autre bloc de construction ne peut se prévaloir d'une aussi basse consommation d'énergie grise. Cinq fois moins lourds à isolation équivalente que les blocs d'argile, deux fois moins que les blocs béton, trois fois moins que les silico-calcaires, les blocs chaux/chanvre économisent aussi beaucoup d'énergie de transport, stockage et manutention. Leur légèreté est également un atout appréciable sur chantier car leur facilité de mise en œuvre et de pose permet de bâtir sans peiner. Leur recyclage en fin de vie n'occasionne aucune pollution.

Au vu de leur résistance dans le temps et aux intempéries, de leur facilité de mise en œuvre, de leur coût et de leur cycle de vie, les blocs chaux/chanvre constituent sans doute l'une des toutes meilleures solutions pour l'isolation des bâtiments. D'ailleurs, leur succès est tel que l'entreprise Chanvribloc, rachetée par des investisseurs aux visées industrielles, connaît depuis 2008 une progression annuelle de 40% et sa capacité de production a été multipliée par 8.

Image
Une maison Chanvribloc, labélisée BBC.
 


PAGE SUIVANTE :
- "Isoler par l'intérieur ou par l'extérieur ?"

• • • • • • • • • • • • • • • • •
ARTICLES EN RELATION :
- "La chaux et les sables"
- "Les bétons isolants, le béton de chanvre"
- "Le bloc-béton (parpaing), point par point"
• • • • • • • • • • • • • • • • •
 



 
Top