Editions de La Pierre Verte

Tout sur l'Ecoquille

coll04.jpg

Utilisateur






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Visiteurs: 14797189
Le puits canadien ou provençal
Le puits canadien (ou puits provençal chez nous) est une méthode de climatisation naturelle passive qui permet à la fois le préchauffage de l'air de renouvellement des habitations en hiver et la climatisation des locaux en été. C'est une technique simple, sans machinerie ni combustible, propice à l'autoconstruction, qui utilise l'inertie thermique de la terre.
En effet, à deux mètres de profondeur environ, la température du sol est pratiquement constante (plus ou moins cinq degrés entre l'hiver et l'été) et elle se situe autour de quinze degrés dans nos régions. Le principe de base du puits canadien est donc d'enterrer une canalisation, des buses de béton ou, mieux, de grès, à une profondeur d'un mètre cinquante à deux mètres. L'air est propulsé dans cette canalisation grâce à un ventilateur, de préférence tangentiel pour un rendement et un fonctionnement silencieux, à moins qu'une forte déclivité naturelle du terrain puisse être mise à profit, ce qui, pour le puits canadien, ne sera qu'exceptionnel. L'hiver, la température du sol est supérieure à celle de l’extérieur et, en passant dans la canalisation, l'air se réchauffe au contact des parois et, arrivé dans l'habitation, il est déjà préchauffé. Inversement, l'été, la température du sol est assez basse et l'air se rafraîchit. Ainsi, les calories emmagasinées l'été sont restituées l'hiver puisque la terre conserve sa température moyenne. Le puits canadien a d'ailleurs un coefficient de performance supérieur à celui d'une pompe à chaleur, pour un investissement bien moindre.

Les avantages de cette méthode sont bien sûr économiques, puisqu'elle permet un préchauffage et une climatisation de très faible consommation électrique (celle du ventilateur), mais aussi, écologiques, cette technique n'utilisant pas de fluides frigorigènes ni de compresseur. Une alimentation photovoltaïque pour le ventilateur est, de plus, tout à fait envisageable. Il est également possible de brancher le puits canadien sur une vmc simple flux.

Les coûts de maintenance sont négligeables. Une grille devra être placée à l'entrée d'air pour empêcher la pénétration des insectes et des rongeurs. Un filtre de type "hotte de cuisine" constitue une solution plus sophistiquée mais qui demande toutefois un nettoyage fréquent. Il a l'avantage de filtrer également les moisissures et les champignons.

Le coût, la rentabilité et le dimensionnement de l'installation sont liés à divers éléments. Le coût d'installation du dispositif sera moindre dans le cas d'une construction neuve où l'on pourra enterrer les tuyaux en même temps que la mise en œuvre des fondations ou des canalisations techniques d'électricité, gaz, eau ou téléphone. Dans ce cas, il faut compter, chez Aeroplus par exemple, entre deux et quatre mille cinq cents euros pour une habitation de cent à cent cinquante mètres carrés hors terrassements. L'investissement sera également valable au moment de travaux d'aménagement et/ou de terrassement du jardin.
Les difficultés à réaliser une telle installation sont uniquement liées aux coûts d'enfouissement et aux facteurs défavorables, comme un sol trop dur. La faisabilité dépend de la nature du sol, de la surface disponible et des contraintes environnementales : sources de pollution de l'air à proximité de l'habitation, présence de points d'eau, sol trop humide.
 
Le plus souvent ont vous propose de poser des tuyaux en matière plastique (polypropylène, pvc, etc). Pour une véritable installation écologique, il faudrait exiger des tuyaux de terre cuite ou de grès. Ces deux matériaux sont infiniment plus durables (on trouve des canalisations de l'époque romaine), et ils ne pollueront pas chimiquement la terre au bout de quelques décennies, n'entreront pas dans la chaînes alimentaire, n'emploient pas de pétrole à l'origine de tous les maux de la Terre et de toutes les guerres.
 

Hé ! En cas de pollution grave de l'air extérieur ou en cas de fusion du réacteur atomique le plus proche, une maison bien calfeutrée et un puits canadien qui filtre l'air inspiré et crée une surpression à l'intérieur de l'habitation, voilà ce qu'il faut pour en réchapper. Le puits canadien devient alors un équipement de sécurité tout autant que de climatisation.

 

 
 
Advertisement
 
Top